64% des hommes visionnent des films pornographiques d’une manière régulière. Manque de rapports sexuels ou d’inspirations ? Là est la question. Ce qui est sur c’est que la surconsommation de porno affecte irréfutablement la vie quotidienne et sexuelle de ses adeptes. La vraie vie serait-elle le reflet de la pornographie ?

Entre sexe réel et imitation de films X

À l’instar des films genre Fifty Shades Of Grey et autres films érotiques, mais aussi des films grand public qui tendent vers du sexe explicite comme Love, tout le monde a accès libre au sexe à l’écran. Cet accès se propage surtout avec internet sur lequel des millions de consultations films X ont été recensées chaque jour. La gent masculine est surtout concernée par cette consommation régulière, voire excessive de films de cul. Un sondage a révélé que 31% d’entre eux se laissent influencer par le sexe qu’ils voient dans les films pornos. Ce n’est pas tout puisque presque la moitié des hommes essaieraient d’imiter ce que font les acteurs pornos. Un comportement qui s’explique par le fait que les sensations de plaisirs ressenties lors de la consommation de pornos pousseraient les hommes à reproduire les pratiques dans les films X. De plus, certains s’identifient dans les scénarios coquins fictifs à un tel point qu’ils recherchent les mêmes performances et sensations dans leur vie sexuelle réelle.

Le danger du mimétisme sexuel

Gros pénis, coïts à durée infernale, multiples orgasmes … à force de consulter des sites pornos régulièrement, les effets psychologiques et sociaux apparaissent inévitablement : on attend un scénario X, un plan à trois lorsqu’on est avec un pote et sa copine, on s’imagine une pipe donnée par une inconnue lorsqu’on rentre avec le bus, tard le soir, on tourne un sextape avec la voisine ou l’ex, puis on balance la vidéo sur le net etc. Et si l’un des collègues de travail découvre la vidéo et qu’il a identifié les acteurs ? Cette recherche naïve de la performance sexuelle peut entraîner une difficulté à discerner les désirs fictifs des désirs intimes réels selon le philosophe Matthieu Dubost.