Même si l’âge de la retraite, on se trompe de croire que la sexualité n’est plus active à partir de soixante ans. Sachez que les seniors éprouvent encore du désir et ont encore le bas instinct très vif. La sexualité est liée intimement à l’être que l’âge ne saurait ébranler !

Quand le sexe fait encore tourner le bas instinct des soixante ans !

Marie de Hennezel a eu l’idée d’offrir dans son livre « Sex and the Sixty » dont le format de poche est déjà disponible sous le titre « L’âge, le désir et l’amour », l’opportunité aux soixante ans de vivre pleinement leur sexualité.

Elle a un tilt en ayant été privilégiée pour recueillir le témoignage d’une célébrité : « c’est un témoignage qui m’avait été donné par Macha Méril… Elle avait 74 ans à ce moment-là. Elle me disait que la sexualité était mieux si elle était liée à l’amour. Avec la maturité et l’expérience, nous connaissons mieux notre corps. Si ces moments de partage sexuel sont liés à des relations affectives de qualité, cela peut même être mieux qu’à 30 ou 40 ans! L’expérience, notre capacité d’aimer joue en faveur de la sexualité! »

On sait alors que ce « nouvel » épanouissement sexuel résulte de plusieurs raisons : « les enfants ne sont plus là, on a plus de temps, on est plus disponibles pour des relations sexuelles plus lentes… On a moins de pression liée au travail ou à certaines obligations. » De nouveaux élans sont également nés quand « les sexagénaires, septuagénaires et plus âgés encore vivent une nouvelle histoire d’amour. Les amours tardives ou le retour d’un ancien amour sont signes de renouveau. Le désir et l’énergie reviennent naturellement, dans un contexte plus apaisé. Ces personnes se sentent plus libres aussi. J’ai rencontré de nombreuses sexagénaires et septuagénaires très épanouies sur le plan sexuel. Bien plus qu’avant. »

Certes, la sexualité est souvent liée à la jeunesse que d’en parler, ou d’en avoir encore à la soixantaine devient gênant, seulement il est temps de porter de nouveaux regards à la sexualité de nos ainés !