Yellow Octopus, un revendeur australien s’est récemment penché sur la question des rapports sexuels entre collègues de travail, un sujet qui intéresse bien de monde, mais que personne n’ose ouvertement abordé. Afin de lever la voile sur les nombreux mystères qui entourent ce sujet, l’enseigne a effectué le sondage de 1 000 personnes. Voici les principaux constats :

Les réponses ont été reparties sous différentes catégories

Afin de mener à bien cette enquête, Yellow Octopus a fait le choix de différencier les réponses des hommes et celles des femmes. Quand lesdites réponses ont été séparées en deux groupes distincts, elles ont été par la suite classées en 3 sous-catégories en fonction de la tranche d’âge des participants : les millenials (de 17 à 37 ans), les enfants de la génération X (de 37 à 47 ans) et les Baby-Boomers (de 47 à 70 ans).

Premier constat

La première observation est la suivante : les femmes milléniales fantasment moins sur leur boss ou leurs collaborateurs que leurs ainées. En effet si dans cette sous-catégorie, le pourcentage se situe à 23 %, chez la génération X et les Baby-Boomers, il s’élève à 31 %. Concernant les hommes, toutes générations confondues, ce chiffre se voit doubler.

Les choses restent généralement au stade du fantasme

En dépit de ces données importantes, la plupart de ces employés osent rarement outrepasser le stade du fantasme. Les femmes à avoir avoué avoir eu un rapport sexuel avec l’un de leur collègue est de 11 % uniquement. Chez les hommes, ce pourcentage ne dépasse pas les 4 % et encore, ils disent avoir couché avec des personnes qui ne font pas partie de l’entreprise où ils travaillent, mais qu’ils ont rencontrées par le biais de leur emploi.

Quelquefois, des préliminaires suffisent

De temps à autre, ces aventures sexuelles se limitent à de simples préliminaires. En effet, 62 % des hommes environ admettent avoir eu droit à une fellation au bureau et ce, prodigué par une collègue.

Yellow Octopus élargit ses recherches

Yellow Octopus pousse son étude plus loin et donne des réponses à cette question : « Quand exactement, les infidèles s’adonnent-ils au sexe au bureau ? » Selon les résultats des recherches, 72 % des rapports sexuels entre collègues auraient lieur après les horaires de bureau, 36 % pendant et 17 % avant.

En outre, 14 % de ceux qui ont avoué avoir succombé à la tentation se sont fait prendre.