Il y a des couples qui ne jurent que pour le « slow sex » et y trouvent leur plaisir, mais il y a également les plus…fantaisistes qui veulent tout, tout de suite et activement ! Il n’y a pas de prescription qui interdit l’animalité dans le sexe, la sensualité des fauves, ça se connaît non ? Eh bien, il est temps de découvrir le sexe sauvage !

En quatre leçons, soyons…sexuellement sauvage !

Certes, on n’a plus ni l’âge ni la force de faire l’amour avec une telle puissance que l’on soit réduit à la seule position du missionnaire avant de s’endormir chacun sur son côté, mais on peut tout de même mettre un peu de piment à nos parties de jambes en l’air avec un peu de…férocité !

Voici donc les étapes qui nous conduisent vers le sexe sauvage :

  • Il faut être convaincu que l’on vit du sexe trop…mou ! Cette étape se résume à l’explication du sexologue Damien Mascret : « quand le ronron s’installe, il devient difficile d’en sortir. On a peur de quitter sa zone de confort. Peur aussi du jugement de l’autre, qu’il nous rejette. Pour qui va-t-il me prendre, se dit-on. Il faut cesser de croire qu’exprimer son côté sauvage nous dévalorise ou abîme le respect mutuel. »
  • Il faut y aller…mollo ! Il ne suffit pas que l’on veuille sortir de ce cocon de nonchalance que l’on passe d’un « tu viens ? » pour passer directement à « défonce-moi ! » Damien Mascret  conseille : « On démarre en douceur, en partageant, par exemple, des lectures érotiques ou une série HBO et on guette sa réaction lors des passages hot. Façon d’identifier ce qui l’excite, le choque… Et dans la façon de dire, exprimez plutôt un désir ! »
  • Il faut savoir aviver le « côté cru » qui sommeille en vous. Le sexologue explique : « on ne doit pas être dans l’imitation…Ni d’une majorité de sondés, ni de la copine, ni de l’actrice X. Ce qui importe, c’est de bouger ses lignes, de dépasser ses bornes, sans se trahir. En restant soi-même, très simplement. »
  • Il faut passer par l’initiation d’abord. Cette étape se fait en deux pas : premièrement consiste à ressentir l’envie pour l’un et deuxièmement la communiquer à l’autre !

L’amour des…fauves, c’est bien aussi, non ?