L’univers de la médecine brille par une prouesse de plus : la réussite de la troisième greffe de pénis au monde. En effet, un patient vient de bénéficier d’un nouveau sexe en Afrique du Sud.

Un vrai succès

« Il est l’un des patients les plus heureux de notre service », avance l’un des  médecins qui a réalisé l’opération. Cet homme âgé de 40 ans a dû attendre 17 ans avant d’avoir à nouveau un pénis. L’intervention chirurgicale a eu lieu le 21 avril dernier en Afrique du Sud dans les locaux de l’hôpital Tygerberg du Cap. À noter que ce patient est la quatrième personne à profiter d’une opération de cette envergure, une intervention qui relève véritablement du difficile si bien qu’elle a duré 9 h 30 durant. Les chirurgiens sud-africains n’en sont pas à leur première tentative, car en 2014, ils ont déjà effectué avec succès la même greffe.

Le professeur André Van der Merwe, le superviseur de l’opération s’est également exprimé sur ce sujet et a déclaré : « Il va remarquablement bien. Il n’y a aucun signe de rejet et toutes les structures reconnectées semblent bien guérir ».

Le bonheur après 17 ans de calvaire

C’est à l’âge de 23 ans que le bénéficiaire qui a souhaité rester dans l’anonymat avait perdu son sexe. La cause ? La circoncision traditionnelle effectuée sur sa personne a provoqué quelques complications graves.

Les chirurgiens déclarent que d’ici six mois, le concerné retrouvera toutes ses sensations et sera apte à reprendre une vie sexuelle tout à fait normale.

Un sexe de couleur différente pour le moment

C’est une première dans l’histoire de la médecine, car il est à préciser que le donneur et le receveur ne sont pas de la même couleur. Prochainement, précisément dans les six à huit mois à venir, un expert du tatouage médical mettra ses talents en exécution dans l’objectif de faire disparaitre toute la différence entre le sexe blanc et le reste du corps du bénéficiaire.

La première greffe du pénis a eu lieu en Chine

La Chine a été le premier pays à être le théâtre d’une opération de ce genre et cela remonte à 2007. Mais à cette époque, le bénéficiaire avait, quinze jours après son opération, demandé l’ablation du sexe pour des raisons psychologiques.

La deuxième greffe du pénis au monde s’est tenue au Cap et le patient qui en a bénéficié est depuis devenu un heureux papa.